Le réseau ferroviaire régional du Léman Express est un succès malgré les récents manques de personnels de conduite qui imposent une réduction de l’offre en ce début d’année jusqu’au 15 février. Avec 49.800 voyageurs en moyenne par jour de semaine en octobre dernier, ce « réseau express métropolitain », le premier existant en France hors Paris mais créé principalement à l’initiative de la République et canton de Genève qui a construit une section clé sur son territoire, est un succès. Inauguré au service annuel 2020, soit en décembre 2019, il ne visait le seuil de fréquentation de 50.000 voyageurs quotidiens qu’à l’horizon 2023. Au point que des extensions sont à l’étude côté français.

Six lignes Léman Express, une ligne CFF RegioExpress et trois lignes TER

 Pourtant, les obstacles n’ont pas manqué, avec les restrictions de circulation liées à la « crise sanitaire », amplifiées par le fait que Léman Express franchit la frontière franco-helvétique à deux endroits : La Plaine pour la ligne amorcée à Bellegarde, et Chêne-Bourg pour les lignes amorcées ou transitant par Annemasse. Jusqu’au 15 février, la circulation des lignes L2 Annecy-Coppet et L4 Annemasse-Coppet sont suspendues entre Coppet et Annemasse en raison du manque de conducteurs. Pour compenser, la ligne RegioExpress qui relie le canton de Vaud à Annemasse dessert toutes les stations entre Genève Cornavin et Annemasse, qu’elle ne dessert pas habituellement.

 Rappelons que le réseau Léman Express comporte six lignes en propre : Coppet-Evian (L1) ; Coppet-Annecy (L2) ; Coppet-Saint-Gervais (L3) ; Coppet-Annemasse (L4) ; Genève-La Plaine (L5) ; Genève-Bellegarde (L6). Toutes sont omnibus en territoire helvétique mais la ligne Genève-Bellegarde (L6) ne dessert pas La Plaine, côté suisse de la frontière.

 Y est intégrée la ligne RegioExpress (classe de desserte du réseau suisse) entre Saint-Maurice dans le canton du Valais ou Vevey dans le canton de Vaud (terminus intermédiaire), et Annemasse ou Genève-Aéroport. La carte du réseau fait aussi figurer les lignes TER françaises de proximité, soit Bellegarde-Evian/Saint-Gervais par Saint-Julien-en-Genevois, ligne de contournement de Genève située en territoire français ; Annecy-Saint-Gervais avec rebroussement à La Roche-sur-Foron ; Genève-Bellegarde-Lyon/Grenoble-Valence. (1)

LECarte du réseau Léman Express et des services RegioExpress (CFF) et TER (SNCF) complémentaires. (Dpc. Léman Express)

 C’est précisément sur ces derniers axes TER que des extensions du Léman Express sont actuellement étudiées par les services de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi que le révèle le mensuel Rail Passion dans son édition de janvier 2022 (2). Sont à l’étude l’extension de la ligne L2 d’Annecy à Rumilly et de la ligne L6 de Bellegarde à Culoz.

SNCF Réseau va doubler partiellement Annecy-Rumilly, permettant d’étendre la L2 de Léman Express

Au-delà d’Annecy vers Rumilly et Aix-les-Bains (39,6 km), la ligne sera partiellement doublée par SNCF Réseau dans le cadre de travaux prévus dans la perspective d’une hausse de 20 % du trafic d’ici 2030. La mise à l’enquête publique est prévue cette année. Le Grand Annecy compte 130.000 habitants tandis que le bassin d’Aix-les-Bains en compte 30.000. L’ensemble est en forte croissance démographique, avec une densité de population  très supérieure à la moyenne régionale et nationale et une forte densité d’emplois.

 La section Annecy-Rumilly (18,7 km), à caractère péri-urbain, sera traitée en premier avec doublement des voies à l’ouest de la gare d’Annecy sur 2 km, doublement de la section Rumilly-Marcellaz-Hauteville (5 km à doubler sur les 6,2 km de la section) et création d’une voie de rebroussement à quai à Rumilly. Dans un second temps, la voie sera doublée entre Grézy-sur-Aix et Albens (8 km), à l’ouest de Rumilly, avec aménagement de voies en gare d’Aix-les-Bains et modification de l’alimentation électrique dans ce secteur de jonction entre 1,5 kV continu de l’axe de la Maurienne et les 25 kV alternatifs du réseau haut-savoyard.

 La création d’une voie de rebroussement à Rumilly et l’extension du linéaire à double voie permet d’augmenter la fréquence des TER d’une rotation par heure sur la section depuis Annecy, et donc d’envisager l’extension du Léman Express sur 18,7 km.

LERame Alstom du réseau Léman Express. Dix Régiolis supplémentaires ont été livrés, qui pourraient permettre d'étendre les srvices Genève-Bellegarde jusqu'à Culoz. (Doc. Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, https://www.auvergnerhonealpes.fr/actualite/615/23-a-bord-du-leman-express.htm)

 Côté Bellegarde, la ligne L6 du Léman Express pourrait être prolongée jusqu’à Culoz, soit 33 km supplémentaires équipés en double voie. En termes de matériel cette extension serait permise, indique Rail Passion grâce aux dix rames Régiolis tricourant réceptionnées par la région en 2021. Elle permettrait la desserte fréquente depuis Genève de Seyssel-Corbonod, seule gare intermédiaire ouverte sur cette section de l’étroite vallée du Rhône, qui dessert 20.700 habitants de l’intercommunalité Usse et Rhône, et de Culoz,  ville de 3.000 habitants membre d’une intercommunalité de 34.000 habitants.

TER ou Léman Express sur la ligne des Carpates, reconstruite mais réservée… aux seuls TGV

 Par ailleurs, les services de la région Auvergne-Rhône-Alpes étudient la création soit d’une nouvelle ligne Léman Express reliant Genève à Nurieux par la ligne « des Carpates » (Nantua-Bellegarde), restaurée à grands frais entre pour le seul trafic des TGV Genève-Paris (économie de 47 km par rapport à l’itinéraire via Culoz) avec mise en service fin 2010. La gare de Nurieux est située en aval de la jonction, sur la ligne de Bellegarde, de l’antenne d’Oyonnax (la prolongation au-delà jusqu’à Saint-Claude est malheureusement neutralisée). Nurieux situé avec Nantua dans l’intercommunalité du Haut-Bugey, qui compte  63.000 habitants.

 Dans la grande tradition centralisatrice, l’Etat français et son bras armé ferroviaire la SNCF n’ont pas imaginé que la section remise en service pour les TGV en provenance et à destination de Paris puisse recevoir aussi des dessertes régionales, un comble. C’est donc peut-être grâce au Léman Express, centré sur Genève, que les habitants d’Oyonnax, de Nantua ou de Bourg-en-Bresse pourront rallier en train confortable et rapide les villes de Bellegarde et de Genève et y trouver les correspondances vers Evian, Annecy, Lausanne… Mais la réactivation de l’offre pourrait aussi s’effectuer sous la bannière TER, entièrement en territoire français.

Un bouclage Evian-Saint-Gingolph pour Léman Express ou RegioAlp ?

 Reste la question du bouclage de la ligne du sud-Léman, entre Evian et Saint-Gingolph, régulièrement évoquée par Raildusud. Cette réouverture (3) permettrait un accès considérablement plus rapide du bassin d’Evian au Valais et à l’Italie du Nord. Mais elle permettrait aussi de disposer d’un itinéraire-bis en cas de perturbation ou de saturation de la ligne Genève-Lausanne-Brig. Un fontis causé par le percement d’une canalisation souterraine ayant entraîné en novembre 2021 l’affaissement du plan des voies à Tolochenaz (Vaud) et une interruption totale de circulation d’une journée, l’utilité de l’itinéraire sud-lémanique en a été mise en évidence.

CHRame Intercity en gare de Genève, jadis dite "Cornavin". L'exiguité du plateau de voies impose son extension dans la perspective d'une augmentation des trafics et des fréquences. Les travaux pour la réalisation d'un plateau souterrain de deux voies à quai à 17m de profondeur devraient commencer en 2024 pour une mise en service en 2031. Son extension à quatre voies est prévu ultérieurement. Le coût de l'opération s'élèvera à 1,6milliards de francs suisses, 1,1milliards étant financés par la Confédération. ©RDS

 Remise en service, la section Evian-Saint-Gingolph pourrait permettre d’étendre la ligne L1 du Léman Express jusqu’en Valais ou, à l’inverse, d’étendre la ligne RegioAlp Brig-Saint-Gingolph jusqu’à Evian, donnant correspondance au Léman Express.

 Nous noterons enfin la (lointaine) possibilité d’augmenter la fréquence de la ligne L3 du Léman Express (Coppet-Saint-Gervais) après l’amélioration de la signalisation et des croisements sur la section La Roche-sur-Foron-Saint-Gervais, dont les travaux sont prévus pour 2025. Cela permettra de porter la fréquence théorique à deux trains par heure et par sens. Mais ces travaux ne devraient être finalisés que dans la seconde moitié de la décennie.

Léman Express, miroir grossissant des insuffisances françaises : Grenoble, Lyon, Montpellier, Toulouse

 Le réseau du Léman Express et ses lignes complémentaires illustre par contraste l’offre insuffisante et mal intégrée des grandes agglomérations françaises voisines. A Grenoble l’offre métropolitaine sur une agglomération de 450.000 habitants, n’a toujours pas été systématisée sous forme de réseau express métropolitain (REM) malgré des progrès. La branche sud de l’étoile (ligne de Veynes) reste la seule à ne pas être électrifiée au moins sur la partie métropolitaine et la future station de Pont-de-Claix, en correspondance avec le terminus de la ligne A du tramway, sera une halte à voie unique sans possibilité de croisement. De plus, la reconstruction de l’antenne entre Jarrie et Vizille reste dans les cartons alors que cette dernière commune, enclavée, souffre d’une déflation économique et commerciale notoire.

 Lyon, dont la zone agglomérée compte 1,7 million d’habitants soit trois fois plus que le canton de Genève, ne dispose toujours pas de réseau express métropolitain malgré de belles fréquences TER (pour la France hors région parisienne) et des relations diamétrales à courte distance. Le train-tram de l’Ouest lyonnais reste un réseau en enclave dont la desserte est gravement incomplète (traction thermique sur la branche Lozanne, absence d’antenne vers l’Ouest lyonnais central soit Craponne et Thurins). L’extension vers l’est (Crémieu) du Rhône Express reste à l’état d’ébauche malgré l’existence d’une plateforme abandonnée (Chemin de fer de l’Est lyonnais).

IMG_20220104_155331835TER Valence-Genève en gare de Saint-Marcellin. Cette gare à trois voies à quai, est le terminus de navettes omnibus depuis Grenoble-Universités-Gières qui complètent les services régionaux du Sillon alpin Valence-Annecy/Genève. Les fréquences restent inférieures aux normes d'un réseau express métropolitain. ©RDS

 Montpellier n’envisage aucunement de récupérer les emprises des branches abandonnées de son ancienne étoile ferroviaire (vers Paulhan, vers Sommières) pour développer un réseau express métropolitaine, pas plus que d’étendre son tramway (ligne 3) jusqu’aux plages puis au Grau-du-Roi, bouclant ainsi la desserte ferroviaire d’un littoral surpeuplé en été.

 Toulouse, enfin, peine à construire un véritable REM : pas d’électrification sur la ligne d’Auch, absence de projet de saut-de-mouton à l’approche de la gare Matabiau pour permettre des relations diamétrales à haute fréquence, malgré les importants travaux prévus pour augmenter la fréquence sur la ligne de Montauban jusqu’à Castelnau d’Estrétefonds.

Rappelons que Genève a permis la constitution du Léman Express en construisant en pleine zone agglomérée une ligne de 16 km entre Cornavin et Annemasse, ligne nouvelle (en majorité) ou améliorée. Le Léman Express constitue un miroir grossissant des atermoiements français.

 

- - - - -

(1) Lien vers l'article de Raildusud sur le Léman Express :

Léman Express : Genève et la Suisse jouent la puissance intégratrice du rail avec la Haute-Savoie - Raildusud : l'observateur ferroviaire du grand Sud-Est

Une fois passée la crise sociale qui paralyse le réseau ferroviaire français, le RER franco-valdo-genevois Léman Express officiellement mis en service le 15 décembre 2019, donnera sa pleine puissance. Pour la première fois, des territoires français hors Ile-de-France vont bénéficier d'un véritable réseau périurbain cadencé à grande capacité...

http://raildusud.canalblog.com 

(2) Lien vers l’article de Rail Passion n°291 sur Léman Express :

Des extensions du Léman Express à l'étude - Rail Passion

Avec une moyenne de 49800 voyageurs par jour ouvrable en octobre 2021 en dépit de la crise sanitaire, la fréquentation du Léman Express est toute proche, avec deux ans d'avance, de l'objectif fixé lors de son inauguration en décembre 2019 de 50 000 voyageurs par jour, ce qui permet d'envisager l'extension de son réseau en France.

https://www.railpassion.fr

 (3) Lien vers le dernier article en date de Raildusud sur Evian-Saint-Gingolph :

Evian-Saint-Gingolph : l'enquête préalable à la DUP s'annonce, réouverture envisagée en 2028 avec l'aide de la Suisse* - Raildusud : l'observateur ferroviaire du grand Sud-Est

Les déclarations de responsables suisses font le point sur l'évolution du dossier de réouverture de la courte section de ligne fermée aux voyageurs depuis 1939 entre Evian et Saint-Gingolph, à la frontière séparant la Haute-Savoie du Valais.

http://raildusud.canalblog.com