La ligne Grenoble-Veynes, après une grave menace de fermeture, et plus généralement l’étoile de Veynes, semblent sur la voie d'un long répit. Le comité de pilotage de l’Etoile ferroviaire de Veynes, qui réunit les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes, les départements des Hautes-Alpes et de l’Isère, Grenoble-Alpes-Métropole, l’Etat et SNCF Réseau s’est réuni le mercredi 4 décembre à Valence.

 Il est sorti de cette réunion un plan de financement totalisant quelque 28,3 millions d’euros permettant une première rénovation de la ligne Grenoble-Veynes avec remise à l’exploitation en 2022. Ces 28,3 millions d'euros restent une somme modeste, équivalant à environ 1km de tramway urbain. La ligne Grenoble-Veynes, malgré ses prestations dégradées, transporte une moyenne de 1.000 voyageurs par jour actuellement.

 Une étude en cours qui s’achèvera à l’été 2020 inclura, outre la définition du devis de l’opération précitée, un plan de rénovation s’étendant au-delà de 2023 « pour assurer la pérennité de la ligne à plus long terme », a fait savoir la préfecture de région Provence-Alpes-Côte d’Azur. De quoi lever quelques inquiétudes, du moins à moyen terme (nos articles des 4 et 28 octobre 2019).

DSCN2300Automoteurs X73500 au départ de Grenoble pour Veynes, novembre 2019. L'année 2021 imposera une substitution par bus pour travaux mais un maintien du service ferroviaire sur la section Grenoble-Clelles devrait être possible. © RDS

 Parmi les financeurs, la région Auvergne-Rhône-Alpes participera à hauteur de 6 millions d’euros, Provence-Alpes-Côte d’Azur à hauteur de 2,4 millions d’euros. Les Hautes-Alpes apporteront 500.000 euros, l'Isère 2 millions, Grenoble Alpes Métropole 2 millions. L’Etat s’est engagé à régler 10,35 millions d’euros. SNCF Réseau apportera 2,4  millions d’euros. Pour maintenir les circulations de Grenoble à Clelles-Mens pendant la phase de travaux en 2021 SNCF Réseau effectuera une maintenance renforcée pour 3 autres millions d'euros avec toutefois 4 semaines d'interruption en mai 2020. Les « travaux lourds » entre Vif et Aspres-sur-Buëch (jonction de la ligne Grenoble-Veynes avec la ligne Livron-Veynes) seront engagés en 2021 si les engagements financiers sont tenus.

Livron-Veynes et Grenoble-Veynes en chantier simultanément en 2021 : des bus en substitution

Le comité de pilotage a validé le programme de travaux sur Livron-Veynes en 2020 et 2021, préalablement au lancement de ceux programmés sur Grenoble-Veynes, et relevant d’un autre budget. Les sections Livron-Veynes et Grenoble-Veynes seront en chantier simultanément en 2021, imposant des substitutions routières. La desserte du Briançonnais sera assurée jusqu’à et à partir de Modane par  la ligne de la Maurienne avec continuation par autocars. Le bassin de Gap devrait être relié par autocars aussi, de et vers Valence-TGV.

Bernadette Saudemont, représentante du département des Hautes-Alpes au comité de pilotage et conseillère départementale du canton de Veynes-Dévoluy, a déclaré au Dauphiné Libéré : « Il va falloir poursuivre le travail. Le besoin pour l’ensemble des branches de l’étoile de Veynes est estimé à plus de 330 millions d’euros d’ici 2027 ».

  Grenoble Alpes Métropole s’est félicité de ce pas en avant, représentée lors du comité de pilotage par Christophe Ferrari, son président, et Yann Mongaburu, son vice-président délégué aux déplacements. Dans un communiqué, ils soulignent  « l’importance de la préservation d’une liaison ferroviaire à travers les Alpes du Sud, qui sera pour partie support du futur RER métropolitain » de l’agglomération grenobloise.

Une extension de Jarrie-Vizille vers Vizille est envisagée pour reporter sur le rail la très lente relation par autocars de la ligne « Express 3 » du réseau de la métropole, mais sa réalisation paraît encore dans les limbes. Quant à un cadencement entre Grenoble et Clelles-Mens, il exigera une refonte complète de la signalisation.

 La ligne Grenoble-Veynes est soutenue par plusieurs associations d'usagers, parmi lesquelles l'Association pour la promotion de la ligne Grenoble-Veynes (AGV) créée dès 1980. Le collectif de l'étoile de Veynes (lien ci-contre) rassemble associations et élus. Les nombreuses manifestations en faveur du maintien de la ligne ont largement contribué au résultat de ce 4 décembre.